Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Mes dernières lectures, coups de cœur ou déceptions, de la fantasy aux grands classiques.

Avides Lectures

Mes dernières lectures, coups de cœur ou déceptions, de la fantasy aux grands classiques.

[Miyuki MIYABE] - Du sang sur la toile

com

du-sang-sur-la-toileÉdition Philippe Picquier (236p)
Titre original : Shadow family

Résumé :
Une vie imaginaire peut-elle s'achever dans le sang ? Un homme est retrouvé lardé de vingt-quatre coups de couteau sur un chantier de construction dans la banlieue de Tôkyô.
Rapidement, les inspecteurs du DPM, le département de la police métropolitaine de la capitale, découvrent que cet homme, en apparence bon père de famille, menait secrètement plusieurs vies, dont l'une se déroulait sur Internet, où il s'était créé une seconde famille virtuelle.

Ce que j’en ai pensé :
  Voici donc le dernier roman de Miyuki Miyabe paru en France. Du sang sur la toile est un roman policier, tout ce qu’il y a de plus classique. Bien que l’on retrouve l’inspecteur Chikako de Crossfire quinze ans après les faits, ici le roman est beaucoup plus simple, linéaire.

  Un homme est retrouvé mort sur le chantier de construction d’une maison. Poignardé quelques cinquantaines de fois, le seul indice retrouvé sur les lieux du crime est une suite de traces de pas de peinture blanche, les mêmes traces laissées sur un autre crime non loin de là une semaine auparavant. En fouillant la vie de la victime, les inspecteurs découvrent que l’homme menait une double vie pour ainsi dire, car il s’était recréé une famille virtuelle sur le net...

  Pour être franche, je me suis franchement ennuyée pendant la lecture de ce roman. L’intrigue ne brille pas particulièrement par son originalité et le narration est très (trop) conventionnelle. On a l’impression d’assister à un épisode de série policière, l’action et le rythme en moins. L’action du roman se déroule exclusivement dans le commissariat et on en sort pour ainsi dire jamais. Du coup, le rythme fait un peu plan-plan, ça manque singulièrement de peps.

  De plus, la résolution du meurtre n’est pas vraiment palpitante, on s’y attend, ça reste très convenu. Je suis donc restée sur ma faim. La seule chose intéressante ici, et qui n’est pas suffisamment exploitée, est cette utilisation du web avec la famille virtuelle que s’est inventé la victime. Ça aurait pu donner quelque chose d’intéressant si l’auteur s’était donnée la peine de  développer et d’approfondir ce sujet. Pas mauvais pour résumer mais franchement moyen. Dispensable en somme...

En conclusion :
Un roman policier qui souffre d’un manque de rythme, l’intrigue se déroulant pratiquement à huis clos. La résolution du crime n’étonne pas et la narration assoupit par sa linéarité. Rien de mauvais mais franchement pas palpitant. Une petite baisse de régime pour Miyuki Miyabe, qui n'était visiblement pas inspirée...(Par contre la couv' est particulièrement chouette ! ^^')

Ma note : 2/5

 

Lu dans le cadre du Challenge "In the Mood for Japan" (7/12)

Print
Repost
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Korisu 21/02/2011 23:15



Je suis assez de ton avis. Ce n'est pas le meilleur ouvrage de Miyuki Miyabe.


Par contre même si il n'y a pas de rythme, je trouve que les personnages sont assez bien étudiés et tourmantés. Et que le coup du web même non impronfondit était une bonne idée pour montrer que
tout n'est pas vérité dessus mais que les relations peuvent y être sincère quand même.


Il m'a fallu quelque temps avant de savoir qui était le ou la coupable (je ne voudrais pas influencé les lecteur). L'auteur a quand même réussi a tourner la chose assez bien.


Miyuki Mayabe reste quand même une reine dans le monde du roman policier, du moins pour moi


Mais



nymeria 27/02/2011 21:43



J'attends de me faire une opinion complète avec La libraire Tanabe du même auteur et qui m'a l'air très bien. Je pense quand même comme toi qu'elle a sa place dans le haut du
panier des femmes auteures de roman policier. Surtout au Japon. Merci de ton passage et de ton com' bien long comme je les aime !