Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Mes dernières lectures, coups de cœur ou déceptions, de la fantasy aux grands classiques.

Avides Lectures

Mes dernières lectures, coups de cœur ou déceptions, de la fantasy aux grands classiques.

[Z.A. RECHT] - Le virus Morningstar, tome 1 : Le fléau des morts

com

le-fléau-des-mortsTitre vo : Morningstar Strain, book 1 : Plague of the Dead (2006)
Paru le : 23/11/2010
Éditeur : Éclipse
ISBN : 978-2-362-70015-6
Nb. de pages : 350
Prix constaté : 15€
Où passer commande ? 

logo librairiedialogues-fr blanc1

Résumé :
Tout commença avec un virus d'une violence inouïe : le virus Morningstar.
Les sujets succombent en quelques heures. Le taux de mortalité est de l00 %. Lorsqu'une opération militaire échoue a contenir l'infection, elle devient une pandémie mondiale. Mais ce n'est qu'un début car, rapidement, les victimes se transforment en zombies. Désormais une seule loi domine le monde : vivre ou mourir, tuer ou être tué.


Ce que j’en ai pensé:

  En tant que première incursion dans le genre horrifique des zombies, je sors de cette lecture avec un avis mi-figue, mi-raisin. Autant dire que je ne suis pas totalement convaincu par le genre, même si « Le fléau des morts » possède des qualités indéniables, que je ne renierais pas. Je ne suis juste pas sûre que les zombies passent très bien sur papier...

  Ce roman nous propose de suivre une épidémie bactériologique (car c’est bien de ça qu’il s’agit), de ses prémices avec toute la machinerie bureaucratique et politique mise en marche, jusqu’à son étendue mondiale (mais pas sa fin, le roman possédant un deuxième tome). Je ne qualifierais donc pas « Le fléau des morts » comme une vulgaire copie papier de série B avec attaques de zombies à gogo, gros flingues et réparties à la Steven Seagal, bien au contraire. Le roman se focalise sur l’aspect militaire de la pandémie, et on sent bien que Recht règle quelques comptes avec le gouvernement américain. Ainsi, les dirigeants militaires, qui seront les premiers au courant de l’épidémie, n’auront de cesse d’occulter la vérité au grand public, en alternant campagne de désinformation, politique de l’autruche et répression des médias. Les conséquences de cette politique déplorable se fera vite sentir, l’opération militaire de grande envergure préparée par les USA échouant lamentablement. A partir de là, « Le fléau des morts » plonge véritablement dans l’horreur, et la lutte pour la survie de la race humaine débute dans l‘hémoglobine...

  A travers différents personnages - médecins, journalistes, militaires - l’auteur nous explique comment la catastrophe s’étend peu à peu à toute la planète, et devient une pandémie mondiale. Les humains porteurs du virus Morningstar appelés « coureurs » car ils possèdent encore tous leurs réflexes d’humain, se partagent l’affiche avec les « rampants », les porteurs du virus déjà morts, et beaucoup plus lents (très zombie-like). J’ai particulièrement apprécié cette petite distinction, qui m’a rappelé l’excellente licence  Resident Evil (les jeux pas les films).

  Autre point plutôt appréciable et original, est la façon dont l’auteur a découpé son récit en mini-chapitres, qui correspondent chacun à une date et une heure précise de l’épidémie. Ce procédé insuffle une tension croissante au récit, comme dans un épisode de 24, où l’on voit les minutes s’égrenaient jusqu’à l’apocalypse finale. Bien que cette tension m‘ait plu, j’ai parfois eu l’impression que l’auteur disséquait un peu trop les faits et l’ensemble me faisait, de temps à autre, penser à un compte-rendu. C’est le gros point faible qui fait que je n‘ai pas été convaincu par le genre, cette multitude de détails un peu trop rigides, limite spartiate. Mais peut être est-ce juste l’écriture de Recht qui est comme ça. N’ayant pas lu d’autres romans de zombies, je ne saurais dire.

  En bref, un roman horrifique mais pas que, l’auteur amenant une réflexion sur la gestion d’une pandémie du point de vue des dirigeants mondiaux. Réflexion qui fait froid dans le dos et qui plonge le lecteur dans un état de torpeur, les descriptions quasi chirurgicales des attaques de zombies y étant pour beaucoup. Un roman efficace, très certainement, mais un peu trop rigoriste à mon goût. Peut être les zombies devraient-t-ils se cantonner au grand écran !?

Verdict : Roulette Russe

bof

Print
Repost

Commenter cet article

Cathy/Hylyirio 13/09/2011 07:20



Malgré ton avis mitigé, il me tente bien :)


je le note :)


Merci pour cet avis



nymeria 15/09/2011 11:59



Disons qu'il a des qualités, c'est juste que perso ce n'était pas forcèment ma tasse de thé


Il pourrait fort bien te plaire, si tu aimes le genre !


Merci de ta visiste ! ;)