Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Mes dernières lectures, coups de cœur ou déceptions, de la fantasy aux grands classiques.

Avides Lectures

Mes dernières lectures, coups de cœur ou déceptions, de la fantasy aux grands classiques.

[Patrick ROTHFUSS] - Chronique du tueur de roi, tome 1 : Le nom du vent

com

the-name-of-the-windTitre VO : The Kingkiller Chronicle, book 1 : The name of the wind (2007)
Paru le : 25/11/2009
Éditeur : Bragelonne
ISBN : 978-2-352-94355-6
Nb. de pages : 781
Lu en vo

Résumé :
Un homme prêt à mourir raconte sa propre vie, celle du plus grand magicien de tous les temps.
Son enfance dans une troupe de comédiens ambulants, ses années de misère dans une ville rongée par le crime, avant son entrée, à force de courage et d'audace, dans une prestigieuse école de magie où l'attendent de terribles dangers et de fabuleux secrets... Découvrez l'extraordinaire destin de Kvothe : magicien de génie, voleur accompli, musicien d'exception... infâme assassin. Découvrez la vérité qui a créé la légende.

Ce que j’en ai pensé :
  Que dire, si ce n’est que « Le nom du vent » est probablement l’un des meilleurs débuts en Fantasy de ces dernières années ? Si vous êtes fan de Robin Hobb et de son cycle de « L’Assassin royal » , si vous aimez les récits à la Dickens, si vous aimez les contes et légendes de bardes, alors  « Le nom du vent » vous enchantera.

  La construction du roman est atypique pour de la Fantasy. On commence par faire la connaissance de Kote, un modeste aubergiste sans histoires. Bien vite cependant, l’auteur nous apprend que Kote n’est pas n’importe qui, puisqu’il s’agit du célèbre Kvothe, « tueur de roi » et véritable légende vivante qui se cache sous une nouvelle identité. Nous sommes donc en présence d’un  héros déjà fait et c’est donc tout naturellement qu’apparaît Chronicler, scribe non moins célèbre qui se propose de rédiger la « biographie » de Kvothe. Afin de démêler le vrai du faux des histoires parfois abracadabrantes qui courent sur lui, Kvothe finit par accepter et se met donc à narrer sa vie (ce qu’il compte faire en l’espace de trois journées) : les chroniques du tueur de roi peuvent commencer.

  Kvothe revient donc sur son enfance, son voyage initiatique jusqu’à l’université, ses aventures, ses malheurs et ses joies, sans jamais rien nous épargner ou édulcorer. Un récit conté à la première personne, du point de vue direct et inégalable du héros, voilà qui est original et bien pensé. Et c’est avec une facilité déconcertante que l’on s’intègre dans l’environnement immédiat de Kvothe, que l’on s’identifie à lui tant il est touchant et attachant. Pourtant, en général les petits génies ont de quoi agacer, et Kvothe en est résolument un, mais il doit subir tellement d’embûches et de coups durs qu’on ne peut que l’apprécier. La partie réservée à son enfance et son adolescence d’orphelin m’a rappelé le « Oliver Twist » de Dickens et m’a fait pleurer comme une madeleine. Certains aspects de son enfance chaotique m’ont également rappelé Fitz, personnage charismatique de « L ’Assassin Royal » de Robin Hobb.

  La magie ici nommée « sympathie » et « arcanisme », qui repose sur le pouvoir secret du nom des choses et des gens, m’a paru très terre-à-terre et scientifique. On a presque l’impression que celle-ci se trouve également à notre portée. Un système ingénieux et innovant qui apporte une touche de sang neuf au récit. Il y a d’ailleurs beaucoup de cohérence tout au long du récit, tant l’univers de Rothfuss est fouillé et élégamment construit. Les petits intermèdes qui nous font revenir au temps présent, ménagent des pauses bienvenues dans un récit intense et riche en émotions. La galerie des personnages est large et complète, et les traits de caractère de chacun parfaitement dépeints, encore une fois on sent que l’auteur a bien défini le rôle de tous ses acteurs. Une réussite.

  Enfin, le ton employé par Patrick Rothfuss est captivant, très personnel, c’est comme si Kvothe s’adressait à un familier pour lui raconter sa vie. Les descriptions sont donc très vivantes, rythmées, les dialogues nombreux, parfaitement intégrés au récit. Tout est fait avec un souci de véracité et de minutie, le héros souhaitant rester le plus fidèle possible aux faits tels qu’ils se sont produits. Pour ceux qui voudraient s’essayer à la vo, « Le nom du vent » est très abordable, j’ai été plaisamment étonnée. Mis à part, un vocabulaire un peu soutenu voire scientifique lors de l’explication du fonctionnellement de la magie, et un passage en patois montagnard à la fin du roman, je n’ai rencontré aucune difficulté majeure.

En conclusion :
« Le nom du vent » est le premier tome d’une trilogie prometteuse qui démarre sur des chapeaux de roue. La narration est atypique, le concept original et mené avec doigté. Patrick Rothfuss est un conteur hors pair qui s’inspire des romans de Dickens et de Robin Hobb, et nous sert un héros attachant et sympathique. L’univers est construit avec un souci de cohérence et de minutie extrême, la magie reposant sur un concept novateur et intéressant. Au-delà de l’aventure, la romance, la magie et la souffrance, Patrick Rothfuss nous offre avec « Le nom du vent » un roman profondément humain qui ne vous laissera pas indifférent. Un must qui a sa place dans chaque bibliothèque qui se respecte.

Ma note : 5/5

Lu dans le cadre d'une lecture commune avec des membres de Livraddict, d'autres avis ici : LefsÖ, BlackWolf, Gentiane, Paikanne, Fyrinn, Sollyne

Print
Repost
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Lady K 01/06/2011 07:53



J'aime beaucoup ta chronique ! Ce livre est tout simplement génial ... rien que d'en parler j'ai envie de le relire ^^



nymeria 03/06/2011 22:33



Merci, c'est gentil ! ^^ C'est vrai que c'est un très bon roman. Et je crois que je vais faire des adptes autour de moi (je suis même sûre qu'il plairait à ma mère si seulement j'avais la
vf). 


Il y a peu, j'ai vu une interview de Patrick Rothfuss où il expliquait qu'il avait commencé à écrire ce roman il y a 16 ans ! Visiblement le temps de gestation a valu le coup ! Merci de ta visite !



Fyrinn 29/04/2011 07:35



Bravo pour l'avoir lu en VO. Belle chronique et je suis d'accord avec toi sur la narration et la construction de l'univers. Par contre nettement moins en ce qui concerne l'originalité de la
magie, mais peut être parce que je suis un gros lecteur du genre et un joueur de jdr. ^^



nymeria 02/05/2011 15:17



Merci ! Je lis pas mal de Fantasy, mais je ne lis pas que ça, loin de là. Et il faut dire que le genre est si vaste que forcément on finit par retrouver des similarités dans certains titres... Et
c'est vrai que je ne fais pas de jeux de rôle (quoi FF ça compte pas ? :P)



Ptitetrolle 26/04/2011 21:10



Très belle critique ! Moi aussi j'avais adoré ce roman, par contre je n'aurais jamais eu le courage de le lire en VO, un gros pavé comme ça ! (le jour où je lis un bouquin de 200 pages en VO je
serais déjà contente...)



nymeria 02/05/2011 15:11



Merci! Ben, j'ai été surprise, c'était pas si difficile que ça. Ou alors c'est que je m'habitue J'aime de plus en plus
lire la fantasy en vo, en plus il y a moins d'attente et les tomes ne sont pas découpés! Merci de ta visite



LefsÖ 26/04/2011 20:16



Bravo de l'avoir lu en VO ! En plus, tu vas pouvoir enchainer avec le 2ème tome !


 



nymeria 02/05/2011 15:08



Merci ! Mais je ne vais pas enchaîner tout de suite (faut déjà que je l'achète :P) mais j'espère bientôt.



BlackWolf 26/04/2011 19:12



Content qu'il t'ai plu, je n'avais pas noté la ressemblance avec Dickens pourtant que je lis ta chronique finalement ele saute aux yeux. Si tu le lis en VO tu va pouvoir te lancer dans le tome 2
alors :)



nymeria 02/05/2011 15:07



Oui, j'espère pouvoir le lire cette été *croise les doigts* Surtout que j'ai entendu de bonnes choses sur le tome 2