Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Mes dernières lectures, coups de cœur ou déceptions, de la fantasy aux grands classiques.

Avides Lectures

Mes dernières lectures, coups de cœur ou déceptions, de la fantasy aux grands classiques.

[Nicolas CLUZEAU] - Le Dit de Cythèle, tome 2 : Les larmes du démon

com
le-di-de-cythèle-2Broché paru le : 18 février 2011
Editeur : Black Book
Collection : A dé couvert
ISBN  : 978-2-915847-95-6
Nb. de pages : 717 pages
Prix constaté : 9.90€
Où passer commande ?

logo librairiedialogues-fr blanc1

 

Résumé :

  Cythèle, la prêtresse du dieu des morts revient à Corollis où l'histoire de son cruel destin a eu des conséquences inattendues. Guidée par la prophétie sibylline de son dieu, elle se donne pour quête de retrouver les âmes de ceux qui lui ont été si injustement arrachés. Celle de son bien-aimé aurait atterri dans un terrible monde démoniaque au-delà du sien : avec l'aide d'une créature féerique, elle décide de prendre une apparence diabolique et de partir à sa recherche.

Dans cette société décadente, atypique et mortellement dangereuse, Cythèle s'infiltre et risque plus que sa vie. Elle y rencontre néanmoins des alliés surprenants, et ne se doute pas qu'elle se retrouvera au cœur d'intrigues politiques machiavéliques et d'une enquête criminelle dans le dédale de l'incroyable cité démoniaque...

Ce que j’en ai pensé :

  Me voilà de retour dans le Multivers de Nicolas Cluzeau avec ce deuxième tome du Dit de Cythèle. Tome que l’on peut tout à fait lire indépendamment du premier, même s’il est vrai que l’intrigue en perd de sa richesse. Le premier m’avait plu, bien que je l’ai trouvé un brin trop complexe et parfois difficile à suivre. « Les larmes du démon » se détache beaucoup du style horrifique du premier tome, ici on est beaucoup plus dans l’aventure pure et j’avoue que je l’ai de loin préféré. Compagnons, en piste !

  Le roman commence là où le premier tome se finissait, nous retrouvons donc Cythèle séparée des siens mais bien déterminée à les retrouver coûte que coûte. Pour cela, elle devra plonger dans une nouvelle strate du Multivers et un chemin parsemé d’embûches semble l’attendre. Nous explorons dans ce tome deux nouveaux univers : celui des Kzenrans, peuple de guerriers félidés à la technologie avancée et celui des démons, DesrelWhurd. Toujours aussi bien détaillées et construites, ces deux strates offrent tout un champ de possibilités, car qui dit nouvel univers dit système politique et sociologique différents. J’ai adoré découvrir les particularités de ces deux peuples que tout opposent. Si d’un côté la magie est à l’œuvre, de l’autre c’est la technologie et le génie militaire qui priment. Les règles strictes qui régissent le monde démoniaque donnent d’ailleurs droit à l’une des scènes qui m’a le plus fait rire dans le roman, concernant une certaine lettre envoyé par Roden, le fameux prince-démon. J’ai d’ailleurs trouvé qu’il y avait beaucoup plus d’humour dans ce second tome, certainement dû à l’ambiance moins anxiogène. La pauvre Grunine transformée en poignée de porte m’a bien fait rire elle aussi ! Bref, ce deuxième tome offre un univers d’une richesse incomparable, fascinant en tout point et toujours aussi soigné.  

  L’autre point fort de ce deuxième tome, c’est la kyrielle de personnages principaux et secondaires intéressants que nous propose Nicolas Cluzeau. Si le récit débute sa narration par Cythèle, de nouvelles voix viennent rapidement se greffer à l’ensemble. Il y a tout d’abord Harmelinde et Deirdre, que Cythèle rencontre sur le chemin qui mène à Corollis, puis l’archimage Trilliock qui deviendra un nouveau compagnon de la hiérarche un peu plus loin dans l’aventure, Merraz le guerrier félin, Roden le prince-démon, mais aussi Grunine et Merville. Autant de personnages qui apportent du grain à moudre, et qui auront tous leur rôle à jouer dans l’intrigue. Mon personnage préféré reste incontestablement Trillock, qui passe du statut d’archimage à celui d’homoncule, et qui est à la fois savant et facétieux. Enfin, si l’intrigue se suffit à elle seule, elle n’est pas unique car en plus de suivre Cythèle dans son périple (qui va dans le prolongement du premier tome), nous parcourons également d’autres pistes d’approfondissement du multivers. Pour se faire, l’intrigue est entrecoupée de passages s’intitulant Les Confessions de Thadélis Argélys qui reviennent aux sources même de Corollis et du drame qu’a connu la hiérarche. On ne s’ennuie donc pas une seconde avec ce deuxième qui promet encore de belles aventures tant le multivers créé par Nicolas Cluzeau s’avère vaste ! Et bien sûr le style de Nicoas Cluzeau est toujours aussi savoureux et agréable, une très belle plume !

 

Verdict : Avec les honneurs

rock

Print
Repost

Commenter cet article