Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Mes dernières lectures, coups de cœur ou déceptions, de la fantasy aux grands classiques.

Avides Lectures

Mes dernières lectures, coups de cœur ou déceptions, de la fantasy aux grands classiques.

[Jenny DOWNHAM] - Je veux vivre

com

je-veux-vivre.jpg

Edition France Loisirs (393p), existe aussi aux éditions Plon Jeunesse.

 

Résumé :

Tessa vient d'avoir seize ans et se sait condamnée.
Dans quelques semaines, elle mourra d'une leucémie. Partagée entre la révolte et l'angoisse, l'injustice et les aspirations propres à son âge, Tessa décide de tout connaître de la vie avant de mourir, y compris les transgressions, la célébrité... Aidée de sa meilleure amie, de ses parents qui acceptent tout, Tessa se lance alors dans une course contre la montre, contre la mort, pour vivre !

 

Ce que j'en ai pensé :

   En 2008, j'ai eu la chance de lire un très beau roman qui m'avait touché : Un cri d'amour au centre du monde de Kyoichi Katayama. Le thème abordé était plus ou moins le même, c'est pourquoi j'ai été attirée par ce livre-ci. Pourtant Je veux vivre ne m'a pas autant charmé et j'avoue même avoir été un peu déçue.

   Tout d'abord, l'écriture est simple, vulgarisée (je dirais même pauvre). Tessa est une ado, l'auteur a donc voulu adopter un parler jeune qui ne m'a pas beaucoup plu. Pourtant, parfois on retrouve quelques passages plus poétiques, même s'ils restent peu nombreux. Du coup, le style est un peu inégal . Pour moi, c'est LE point faible de ce roman.

   L'histoire est triste, poignante au vu des circonstances. On a de la peine pour Tessa qui ne pourra pas vivre toutes les expériences qu'elle aurait aimé vivre. Mais surtout, on a de la peine pour sa famille : son père qui prend soin d'elle tout en refusant l'issue inévitable, son petit frère qui la déteste un peu de lui faire vivre tout ça, et enfin, sa mère, grande absente qui ne supportant pas de voir sa fille souffrir, la délaisse ...Et voici mon deuxième reproche : l'auteur s'est plus intéressé à la liste de choses que Tessa aimerait faire, qu'à l'aspect "humain" de l'histoire. Les relations avec sa famille, sa meilleure amie, son copain auraient pu et dû être plus creusé. C'est là que l'on comprend que la cible visée est bien les ados. Ils se retrouveront peut-être dans les défis de Tessa, ce qui n'a pas été mon cas. Les mots qui se présentent à mon esprit pour qualifier ce récit sont : léger, superficiel, sommaire. Et oui, et c'est bien dommage mais on a la sensation que l'auteur ne fait qu'effleurer le sujet sans vouloir trop faire réfléchir le lecteur, de peur peut-être de rebuter (le sujet est tout de même sérieux). Ce que j'en ai, moi, ressenti, c'est une espèce de frivolité qui dessert complètement l'histoire.

   Pourtant, le livre se rattrape sur la fin, que l'on sait pourtant inévitable. J'avoue avoir pleuré comme une madeleine à la lecture des derniers moments de la jeune fille. Certains trouveront ce final poussif (je les comprends), mais personnellement Jenny Downham a reussi à me toucher.

 

En conclusion :

Une petite lecture poignante, vite lue, sur la perte d'un être cher mais qui manque franchement de profondeur. Je veux vivre n'est pas de ses romans qui vous poursuivent et vous marquent. A conseiller plutôt aux ados qui seront certainement plus en phase avec les émotions de Tessa (ou aux adultes qui ne rechignent pas devant une écriture "jeune"). Aux autres, passez votre chemin.

 

Verdict : Planche de salut

flotte

Print
Repost
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

L'Ogresse 25/06/2010 23:56


j'etais restee sur ma faim avec cette lecture, je m'attendais a autre chose...j'ai eu beaucoup de mal a m'attacher au personnage central...


nymeria 02/07/2010 19:05



C'est vrai qu'elle est un peu agaçante, comme peuvent l'être certaines ados j'imagine ! C'est pour ça que je le conseille plutôt aux ados, ils s'identifieront mieux à Tessa je pense...