Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Mes dernières lectures, coups de cœur ou déceptions, de la fantasy aux grands classiques.

Avides Lectures

Mes dernières lectures, coups de cœur ou déceptions, de la fantasy aux grands classiques.

[Jeannette WALLS] - Le château de verre

com

le-chateau-de-verre.jpgÉditions Robert Laffont (394p), Pocket (441p)
Titre original : The Glass Castle (2005)

Résumé :
"Je me demandais dans le taxi si je n'étais pas trop habillée pour la soirée quand j'ai aperçu maman en train de fouiller dans une benne à ordures. (...) Elle s'était entouré les épaules de chiffons pour se préserver de la fraîcheur printanière et faisait son choix dans la poubelle pendant que son chien, un terrier croisé noir et blanc, jouait à ses pieds. (...) En dépit de ses cheveux gris emmêlés et de ses yeux creusés, elle me rappelait encore la mère de mon enfance, celle qui accomplissait des sauts de l'ange du haut des falaises, peignait dans le désert et lisait Shakespeare à haute voix".
Jeannette Walls est connue du Tout New York : chroniqueuse mondaine, elle évolue dans le monde des célébrités. Qui pourrait imaginer qu'elle a passé ses premières années dans la misère la plus sordide? - que son enfance a été une lutte continuelle pour survivre, marquée par un père et une mère d'une excentricité absolue? Amoureux des arts et des lettres, sublimes de fantaisie, les parents Walls sont aussi des marginaux d'un égoïsme criminel. Mathématicien et bricoleur inspiré, le père caresse un rêve fou : bâtir une maison de verre dans le désert. Mais il noie ses projets dans l'alcool. La mère écrit, peint, déclame de la poésie. Son bien-être ne l'intéresse pas. Celui de sa progéniture non plus. Fuyant la misère, la famille doit sillonner l'Amérique. En permanence, les enfants Walls sont confrontés au froid, à la faim, au danger.

Ce que j’en ai pensé :

   Des sentiments de révolte et de dégoût m’ont traversé tout au long de cette lecture. Plusieurs fois, j’ai été tenté de jeter ce livre au loin. Comment peut-on être aussi irresponsable ?

    C’est un récit cruel et dur que la vie de ces enfants que nous relate Le château de verre. Surtout lorsque l’on garde à l’esprit que ce récit est autobiographique et donc véridique. Des moments de grâce touchants (la scène où les parents « offrent » des étoiles à leurs enfants) côtoient des passages sordides qui se révèlent souvent insoutenables et révoltants.

    Pourtant on ressent beaucoup d’amour inconditionnel de la part de l’auteur envers ses parents extravagants, égoïstes et puérils. Mais aussi entre les membres de cette fratrie qui a tissé une relation très forte, car ils ont du apprendre à ne compter que sur eux-mêmes. La maman n’a aucune fibre maternelle, et préférera garder le dernier morceau de chocolat alors que ses enfants n’ont pas mangé depuis des jours voire des semaines. Le père préférera utiliser l’argent de la famille pour boire plutôt que de leur payer des soins. Et continuer à leur farcir la tête d’un rêve chimérique « d’un château de verre » qu’il ne construira jamais…

  Une lecture difficile qui marque longtemps, mais qui a le mérite de montrer que malgré des parents inconscients, ces enfants ont réussi à s’en sortir par eux-mêmes et à se construire une belle vie, comme le prouve Jeannette Walls. Bravo à elle pour son courage et son témoignage saisissant.


En conclusion :
Un livre dur, très dur, à ne pas mettre entre toutes les mains, surtout si vous êtes très sensible. Un témoignage souvent révoltant, parfois touchant et émouvant. Une chose est sûre, Le château de verre ne laissera personne indifférent.


Verdict : Bonne pioche

4

Print
Repost

Commenter cet article