Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Mes dernières lectures, coups de cœur ou déceptions, de la fantasy aux grands classiques.

Avides Lectures

Mes dernières lectures, coups de cœur ou déceptions, de la fantasy aux grands classiques.

[Jane HAMILTON] - Les herbes folles

com

les-herbes-folles(poche2)Édition L’Archipel (320p)
Titre original : The book of Ruth
Le roman a gagné le prix Hemingway/PEN du premier roman en 1988.

Résumé :
A Honey Creek, une bourgade au nord de l'Illinois, la vie de Lucy aurait pu ressembler à celle de milliers d'autres jeunes Américaines.
Une enfance marquée par le départ de son père et les reproches incessants de sa mère, May, qui a fait de Lucy son souffre-douleur ; un mariage avec Rudy, un bon à rien qui vit à ses crochets... Mais, un soir de novembre, le drame survient... Lucy n'a plus d'autre choix que de plonger en elle pour tenter de reconstruire le puzzle qui est à l'origine de la tragédie. Par la voix de Lucy, candide et émouvante - " j'ai l'impression d'être le résultat erroné d'une longue addition " -, les pièces se mettent en place.

Ce que j’en ai pensé :
   Un roman emprunt d’une grande tristesse, témoignage de vies brisées. Les herbes folles est un récit amer et cruel qui bouleverse son lecteur.

  Lucy nous y narre sa vie, sans langue de bois et avec réalisme mais surtout, avec beaucoup de lucidité. Car c’est dans l’introspection que la narratrice peut revenir sur son passé : son enfance avec sa mère qui la rabrouait constamment puis son mariage avec un raté, jusqu’au jour où tout a basculé…

   Lucy, jeune femme un peu paumée, se confie avec humilité et humour et c’est une véritable bouffée d’oxygène que cette héroïne naïve, simple, innocente. Pas idiote mais pas brillante non plus, le personnage de Lucy attendrit et son destin nous fait de la peine et nous émeut. Le style de l’auteur est à son image : naïf et direct. La lecture s’en retrouve d’autant plus aisée et rapide.

En conclusion :
En somme, une histoire tragique et poignante mais aussi tantôt optimiste ou drôle. Jane Hamilton nous épargne cependant l’écueil du mélo et bien que le roman soit dramatique, il ne tombe jamais dans le pathos car son héroïne ne s’y apitoie jamais. Une belle leçon de courage et de détermination.


Verdict : Avec les honneurs

3

Print
Repost

Commenter cet article