Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Mes dernières lectures, coups de cœur ou déceptions, de la fantasy aux grands classiques.

Avides Lectures

Mes dernières lectures, coups de cœur ou déceptions, de la fantasy aux grands classiques.

[Jacques MARTEL] - Bloody Marie

com

bloody-marieBroché Paru le  : 27 mai 2011
Éditeur  : Black Book
Collection  : A dé couvert
ISBN  : 978-2-363-28089-3
EAN  : 9782363280893
Nb. de pages : 547
Prix constaté : 22€

Où passer commande ?

logo librairiedialogues-fr blanc1

Résumé :
L'humanité s'est répandue dans la galaxie, et ses colonies finirent par être séparées par la distance.
Il y a trois générations, les hommes et les femmes ont recommencé à voyager, donnant naissance à un nouvel espoir : l'Essor. Aujourd'hui, les grandes voies sont à nouveau sillonnées par les navires de commerce qui font la prospérité des armateurs, mais aussi celle de leurs prédateurs : les pirates. Avec succès, la Ligue et la Flotte ont joué de tout leur poids et de la puissance de leurs corsaires pour mettre fin à l'activité des Forbans du Vide, avant de promettre des amnisties.
Désormais, d'anciens pirates traquent leurs confrères. Ces dernières années ont sonné le glas de la piraterie. Mais, au comptoir d'un des plus anciens bars à matelots, un vieux soutier annonce aux habitués le retour de la terrible fille du feu Ravageur de Mondes : Bloody Marie. Menée par une colère jamais retombée depuis que la Ligue, quinze ans auparavant, a piégé son père, la pirate refuse de baisser pavillon.
Tous sabords ouverts, les canons prêts à vomir leurs charges de plasma, Bloody Marie lance le Long John pour un dernier raid...

Ce que j’en ai pensé : 
  Décidément, il semblerait que les romans de piraterie soient à l’honneur en ce moment, entre le très bon « Frey » de Chris Wooding et la réédition de « Sur des mers plus » ignorées de Tim Powers, voici que Jacques Martel se met aussi de la partie avec « Bloody Marie ». Une très bonne découverte, alliant piraterie et SF, dans un monde riche et complexe qui a su me faire passer un agréable moment de lecture !

  Un récit de piraterie à la sauce SF, voilà ce que nous propose Jacques Martel avec « Bloody Marie ». La narration, immersive et originale, introduit un vieux loup de mer soiffard, qui en échange de nombreuses pintes, se propose de nous raconter la rencontre improbable entre Bloody Marie, la célèbre fille du Ravageur des Mondes et son ennemi de toujours « Le Mariner ». Chaque chapitre possède ainsi un petit interlude où l’ingénieux conteur en profite pour se rincer le gosier abondamment aux frais des clients (et du lecteur) qui veulent connaître la suite ! Je dois dire que cette façon de procéder m’a beaucoup plu, non content de détendre l’atmosphère, l’auteur en profite aussi pour relancer l’intérêt du récit. Astucieux. Non seulement, le récit gagne en rythme en se ménageant des poses, mais surtout la narration devient littéralement prenante, on se surprend à ne plus vouloir lâcher ce livre...

  L’histoire, dense et complexe, nous plonge dans un univers codifié et structuré que j’ai parfois eu du mal à appréhender dans son ensemble. Heureusement, le glossaire et les nombreuses annexes en fin de volume permettent une meilleure compréhension du monde construit par Jacques Martel. Il semble d’ailleurs vite évident que l’auteur a passé beaucoup de temps à construire l’univers de « Bloody Marie », qui s’offre un luxe de détails et nous propose un vrai « background » . L’esprit des grands flibustiers est intact, le langage gouailleur, un brin vulgaire, y étant pour beaucoup. L’auteur alterne entre les phases d’action pure et l’aventure où pillage et courses-poursuites sont à l’honneur. Un vrai régal, une fois le récit bien installé.

  Les protagonistes sont nombreux et particulièrement soignés, les personnages secondaires étant nombreux et ayant tous un rôle à jouer. Que ce soit Bloody Marie, une héroïne qui « en a », ou Pragmatique Sanction, la médecin de bord respectée de tous, il est plaisant de voir des personnages féminins forts et atypiques. On est loin des clichés de la femelle en détresse, et ça fait du bien ! L’auteur se réapproprie aussi quelques grands noms de la piraterie en la mention de Marie Read, Bellamy ou encore Rackham qui sont les illustres ancêtres de Bloody Marie.

  Le côté SF du récit est très présent, avec l’apparition de vaisseaux spatiaux, d’armures et de combats aux pistolets aiguilleurs, mais aussi des intrigants « Autres », des entités mystiques nimbés de mystère... Les fans de SF devraient donc y trouver leur bonheur, les néophytes, quant à eux, se verront grandement aidés par les annexes (pas d’inquiétude).

  En bref, vous l’aurez compris, on ne s’ennuie pas une seconde à la lecture de « Bloody Marie ». Alliant l’action, l’aventure et la SF, Jacques Martel signe un récit prenant et intriguant, qu’il devient vite impossible de lâcher. De nombreux rebondissements et révélations sont au programme dans cet univers archi-structuré où les personnages ont de la gueule et du répondant. La fin, étonnante, en surprendra plus d’un. A quand la suite ?


Verdict : Avec les honneurs

rock

Print
Repost

Commenter cet article

Jacques Martel 22/10/2011 20:33



Bonjour Nymeria,
Merci beaucoup pour cette critique qui m'a fait très plaisir et donne envie de lire le roman.
Jacques Martel 



nymeria 23/10/2011 14:45



Merci à vous d'avoir pris le temps de déposer un petit mot sur mon modeste blog ! Ca me touche beaucoup. J'espère
que de nouvelles aventures attendent Bloody Marie et Le Mariner ! ^^ Bon courage à vous pour la suite !



Lady K 07/10/2011 21:59



Je ne connaissais pas, mais tu me donnes bien envie de le découvrir :)



nymeria 07/10/2011 23:05



Oui, ce fut une très agréable découverte, très SF, ce dont je n'ai pas trop l'habitude, mais j'ai vraiment bien aimé au final !


Merci de ton passage !