Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Mes dernières lectures, coups de cœur ou déceptions, de la fantasy aux grands classiques.

Avides Lectures

Mes dernières lectures, coups de cœur ou déceptions, de la fantasy aux grands classiques.

[Edwige DANTICAT] - Le cri de l'oiseau rouge

com

le-cri-de-l-oiseau-rouge.jpg

Edition broché chez Pygmalion (278p) 1995

Edition poche chez Pocket (283p) 1997

 

Résumé :
Sophie vit avec sa tante en Haïti depuis sa naissance. Sa mère est partie vivre aux États-Unis pour gagner sa vie. Quand celle-ci décide de la récupérer à ses 12ans, Sophie a bien du mal à se séparer de sa tante qu’elle considère comme sa  mère et de sa patrie, Haïti. Là-bas, elle doit apprendre à vivre avec une femme qu’elle n’a jamais vu et qui cache bien des secrets, dont celui de sa propre naissance…

Ce que j’en ai pensé :

   Beaucoup de dialogues, une narration fluide et posée, Le cri de l’oiseau rouge, jouit d’un style simple et rapide à lire, à l’image d’un témoignage. En effet, le style de Danticat n’est pas spécialement recherché ni très littéraire. Ça se laisse lire simplement et agréablement (je ne suis, sur ce point, pas d’accord avec les éditeurs qui rapprochent son style à celui de Toni Morrison qui a une prose beaucoup plus profonde et imagée).
   Nous suivons la destinée de 4 générations de femmes en Haïti : Sophie, sa tante, sa mère, sa grand-mère, puis la fille de Sophie. L’auteure, qui nous livre un récit presque autobiographique, dénonce ici le sort des femmes haïtiennes qui sont victimes de mère en fille d’une pratique cruelle et barbare appelée « la vérification de la virginité ». Chaque semaine, voire chaque jour, une fille doit se faire « vérifier » par sa mère pour voir si son hymen est intact. Traumatisées et humiliées par leurs propres mères, qui ont pourtant elles aussi subi la même chose étant jeune, ces femmes auront bien du mal à vivre une sexualité épanouie et à se sentir libre.
   C’est d’ailleurs tout l’intérêt de ce livre; Edwige Danticat y évoque la recherche de cette liberté dont les femmes Haïtiennes ne jouissent pas, abusées comme elles le sont par d‘autres femmes. C’est une destinée dramatique que nous suivons : la mère de Sophie violée qui ne s'en remettra jamais, sa tante abandonnée par son fiançais qui se retrouve seule à s’occuper de sa mère, Sophie elle-même qui ne supporte pas que son mari la touche… A travers cette coutume barbare, nous vivons les blessures profondes qui marqueront ces femmes à tout jamais.

  Danticat aborde également d’autres thèmes comme l’émigration ou la situation politique fragile dont jouit Haïti, même si elle ne fait que les effleurer. Un approfondissement aurait pu d’ailleurs être intéressant.
   La conclusion de ce livre, si elle ne nous étonne pas vraiment, m’a beaucoup touché et j’ai trouvé le chapitre de fin très beau et poétique.

En conclusion :
   Un beau livre, triste parfois révoltant, sur les us et coutumes de Haïti, sur la vie de ses femmes. Un roman qui se lit rapidement en quelques heures et qui nous fait partager un peu le sort réservée aux jeunes filles Haïtiennes.

 

Les + :

- se lit rapidement;

- on en apprend sur les coutumes de Haïti.


Les - :

- un style simple (trop ?);

- le contexte historique et politique aurait gagné à être plus approfondi.

 

Verdict : Bonne pioche

pasmal

Print
Repost
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article