Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Mes dernières lectures, coups de cœur ou déceptions, de la fantasy aux grands classiques.

Avides Lectures

Mes dernières lectures, coups de cœur ou déceptions, de la fantasy aux grands classiques.

[Charlotte BOUSQUET] - La peau des rêves, tome 1 : Nuit tatouée

com

nuit-tatouéeBroché paru le : 12 octobre 2011

Editeur : L’Archipel

Collection : Galapagos

ISBN : 978-2-8098-0562-8

Nb. de pages : 229 pages

Où passer commande ?

logo librairiedialogues-fr blanc1

 

Résumé :

Etre libre de son destin.

Venger ses parents massacrés par des chimères, alors qu'elle n'était qu'un bébé. Telles sont les ambitions de Cléo, orpheline élevée par le clan du Passage, ennemi juré des créatures hybrides. Jusqu'au jour où, combattant l'une d'elles, Cléo voit ses certitudes voler en éclats. D'où vient son tatouage au poignet, étrangement semblable à celui de la chimère ? Que signifient ces visions terribles liées à la mort des siens ? Convaincue que son adversaire connaît la clé de son passé, l'adolescente se lance sur ses traces.

En chemin, elle affrontera la haine, la trahison et son désir pour Axel, un ténébreux ailé.

 

Ce que j’en ai pensé :

  Première incursion dans l’univers de Charlotte Bousquet avec  le premier tome de « La peau des rêves », j’ai été séduite par cette ambiance de fin de monde plutôt sombre pour un titre jeunesse, loin de la naïveté des clichés du genre.

 

  Avec « Nuit tatouée », Charlotte Bousquet nous entraine dans un monde anéanti, où les humains ont été en grande partie décimés. Sur les cendres de ce monde en ruines, se dressent de nouvelles espèces mutantes, certaines mi-hommes, mi-animaux, d’autres possédants des capacités hors du commun. Chaque nouvelle race dispose d’une appellation propre : Ashes, Norms, Mens, Dégénérés, etc. Judicieusement, un lexique vient nous expliquer chaque terme en début de roman, afin de ne pas nous perdre. Et heureusement, car le récit nous lance prestement dans cet univers étrange et ambitieux, que l’on appréhendera peu à peu, et qui, dès son prologue, pique habilement notre curiosité.

 

  L’héroïne, Cléo, est une jeune fille paumée qui ne rêve que d’une chose, se libérer de la férule de son petit ami qu’elle ne supporte plus, Tybalt. Orpheline, elle porte un curieux tatouage dont elle ignore la provenance. Celui-ci finira par devenir une obsession, Cléo cherchant à tout prix à découvrir son origine… Le moins que l’on puisse dire, c’est que l’héroïne s’éloigne de tous les stéréotypes du genre. Ni candide, ni innocente, la jeune fille possède une personnalité ambiguë qui au pire, pourra fortement agacer le lecteur. Car bien qu’elle soit une battante et qu’elle sache se défendre, elle se laisse écraser par l’autorité de son père adoptif et de son petit ami. Bien sûr, il faut tabler sur le fait qu’elle a peur de se retrouver mise à l’écart, dans un monde apocalyptique où les chances de survie sont proches de zéro. Mais j’avoue que sa passivité m’a parfois agacée (surtout face à Tybalt).

 

  Ce qui m’a plus que tout plu dans ce roman, c’est l’univers décrit par Charlotte Bousquet. Univers que l’on visualise facilement et qui fait vraiment froid dans le dos avec ses dégénérés qui rôdent dans l’ombre. L’idée des Chimères est intéressante, on se pose un tas de questions sur leurs origines, c’est très intrigant. Si le tatouage de Cleo et le mystérieux lien qui l’unit à Lyn (et probablement aux gypsies ?) sert de fil conducteur à l’histoire, d’autres interrogations sont soulevées tout au long du récit, qui promettent un développement plus qu’intéressant dans les prochains tomes. Qu’est-il arrivé aux parents naturels de Cleo ? Qui sont vraiment les dégénérés et quid des Chimères ?

 

  La narration est, quant à elle, immersive et rythmée. En effet, l’auteur nous narre l’histoire de Cleo à travers Ximena, une conteuse qui aurait vécu des années (des siècles ?) avant la jeune fille. Le roman se ménage donc quelques pauses où l’action nous ramène au présent près de Ximena. J’aime beaucoup cette prose cadencée et réfléchie, je trouve que ça insuffle une certaine vivacité au récit. La seule chose que je reprocherai à ce premier tome, c’est peut-être un manque d’approfondissement, le monde introduit par Charlotte Bousquet se dérobant un peu, faute de précisions et de détails. Certes, ce n’est qu’un premier tome, mais 230 pages, c’est un peu léger je trouve, même pour de la jeunesse (Vive les pavés XD).

 

Ma note : 3.5/5

Print
Repost
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article