Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Mes dernières lectures, coups de cœur ou déceptions, de la fantasy aux grands classiques.

Avides Lectures

Mes dernières lectures, coups de cœur ou déceptions, de la fantasy aux grands classiques.

[Cayla KLUVER] - Alera

com

aléraÉditions du Masque (448p) (2011)
Titre original : Legacy, book 1 (2009)

Résumé :
À la perspective d’épouser l’homme que son père a choisi pour lui succéder à la tête du royaume d’Hytanica, la princesse Alera a la désagréable impression qu’on lui impose un destin dont elle ne veut pas. Lorsque Narian, un mystérieux jeune homme originaire du royaume ennemi de Cokyri, arrive avec un passé obscur dont il refuse de parler, les nouveaux désirs d’Alera menacent alors de détruire le royaume.

En découvrant le secret de Narian, la jeune fille se retrouve prise au piège de complots, de querelles familiales et de guerres ancestrales. Se résoudra-t-elle à écouter son cœur au détriment de sa famille, son royaume et son honneur ?

Ce que j’en ai pensé :
  Pour un premier roman écrit par l’auteur à tout juste 14 ans, je dois dire que je suis bluffée ! Aléra est le premier tome d’une trilogie qui ne laisse présager que du meilleur et il serait dommage de passer à côté (même pour les adultes).

  Aléra est la princesse héritière du royaume d’Hytanica où les femmes n’ont aucun pouvoir. Dans cet esprit, chaque héritière  doit  convoler le jour de sa majorité afin d’assurer la pérennité du royaume et passer les rênes du pouvoir à son mari. D’où un choix de maris très restreint, le prétendant devant être irréprochable, fin stratège, bretteur agile, bref un roi en devenir. L’amour n’ayant que peu de place en définitive, Aléra se retrouve pris au piège du choix imposé par sa père, un jeune homme nommé Steldor qui, s’il est particulièrement beau et doué en tout, n’est pas exempt de défauts. Prétentieux, présomptueux et ne semblant intéressé que par la couronne et aimant s’écouter parler, Aléra a bien du mal à se faire à l’idée qu’il devienne son mari...

  Alors soyons clair, oui Alera est bien plus une histoire romantique qu’un roman fantasy. Mais le fait est qu’Aléra fait partie du haut du panier dans le genre. C’est frais, bien construit, richement décrit, un régal. Le style de l’auteur est fleuri, élégant comme un roman moyenâgeux, empli de descriptions de préoccupations d’une princesse de l’époque, je veux bien sûr parler de la mode vestimentaire. Diadèmes, brocart, soie, et fanfreluches en tout genre, Cayla Kluver s’en ait donné à cœur joie sur les descriptions des toilettes de l’époque et son vocabulaire est assez impressionnant. Cette suite de descriptions est un peu redondante au bout des quelques 450 pages du roman et pourra peut être en agacer certains. Mais j’ai trouvé que ça rentrait parfaitement dans les codes de récits romantiques destinés aux filles (ben oui pour moi Aléra, c’est quand même un roman de filles !) et ça cadre parfaitement avec le style du roman.

  La narration est posée et régulière, rien d’extravagant mais ça reste très fluide et agréable à suivre, on se retrouve très vite absorbé par l’histoire. Bizarrement, le roman qui ne possède pas beaucoup d’action il faut bien l’avouer, finit par nous passionner totalement et les pages se tournent sans qu’on y prenne garde et c’est déjà la fin ! Pour moi, ça prouve que le roman est vraiment bon, qu’il n’est pas besoin de surenchères dans la narration pour agripper son lecteur et Aléra a beaucoup d’autres qualités.

  Ces personnages sont charismatiques, attachants, particulièrement ces messieurs qui sont spécialement réussis (coup de cœur particulier pour London, mystérieux et taquin comme j’aime). L’auteur a visiblement passé du temps à construire ses personnages masculins pour le plus grand plaisir de ces dames (et je l’en remercie  XD).L’histoire est bourrée d’humour et de bons sentiments (j’ai beaucoup aimé la scène où les trois jeunes filles  déjouent la vigilance des gardes pour pénétrer dans la chambre de Narian). On rit et on vibre avec Aléra qui se retrouve face à un dilemme : renoncer au trône par amour ou épouser Steldor pour le bien du royaume ? De plus, l’intrigue possède tous les ingrédients pour captiver son lecteur : un mystérieux royaume ennemi, une romance, un complot... Et une fois la dernière page tournée, on a qu’une envie, se plonger dans le deuxième tome... qui n’est malheureusement pas encore disponible (il est prévu en vo pour hiver 2011 !) J’en connais qui vont ronger leur frein...

En conclusion :
Une histoire romantique comme je les aime, classique dans son intrigue mais très bien écrite et incroyablement captivante. Les personnages sont fouillés, Cayla Kluver ayant apporté un soin tout particulier à ces messieurs. Le style est fleuri, les descriptions riches et nombreuses et l’intrigue fleure les bons sentiments. Un récit solide, enthousiaste, consistant qui soulève pas mal de questions qui laissent présager du meilleur pour la suite. C’est tout le mal que je souhaite à Cayla Kluver !

Ma note : 4.5/5th 007

Les + :
- des personnages masculins très séduisants (ah! London...);
- un royaume ennemi mystérieux;
- une intrigue bien construite;
- un style très fleuri à l’ancienne;
- un humour bienvenu;
- un récit de et pour les filles (sans être gnan-gnan).

Les - :
- les nombreuses descriptions de toilettes féminines en agacera plus d’un;
- pas beaucoup d’action;
- ça reste classique.

Un grand merci à Livraddict et aux éditions du Masque pour ce partenariat coup de cœur !

Print
Repost
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article