Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Mes dernières lectures, coups de cœur ou déceptions, de la fantasy aux grands classiques.

Avides Lectures

Mes dernières lectures, coups de cœur ou déceptions, de la fantasy aux grands classiques.

[Brigitte KERNEL] - A cause d'un baiser

com

a-cause-d-un-baiser.jpgBroché paru le : 11 janvier 2012
Editeur : Flammarion
ISBN  : 978-2-08-126709-1
Nb. de pages : 364
Prix constaté : 18€

 http://www.gillesparis.com/

 

Résumé :

« Elle était si parfaite, comment avais-je pu soudain aimer une autre personne ? Que deux coups de téléphone, un déjeuner, un baiser, un seul baiser, et quelques caresses remettent à ce point ma vie, notre vie, en question ? Qu'est-ce qui m'avait pris de dire aussi vite à Léa : j'ai embrassé une autre femme ?

La greffe avait pris, en un baiser. Un baiser qui avait duré plus de deux heures et ses mains, les doigts de Marie, sous mon pull, sur ma poitrine. Il m'avait semblé que ma vie basculait. Et maintenant comment faire ?

Léa, Marie ; Marie, Léa. Peut-on donc l'espace d'un court moment, ou même d'un temps plus long, aimer deux personnes à la fois ? »

Ce que j’en ai pensé :

  « A cause d’un baiser » est un roman d’amour d’un genre un peu différent. En effet, il aborde l’homosexualité féminine et la relation mise à mal d’un couple « à cause d’un baiser », avec une autre bien sûr.

  Le roman est structuré en trois parties : la déchirure, la déconstruction et la reconstruction et nous suivons le cheminement intérieur de la narratrice qui essaye d’oublier son attirance envers Marie. Pleine d’interrogations, celle-ci remet en cause son couple, s’interroge sur la passion qui n’est plus là, remplacé par une tendresse et une accoutumance inévitable. L’auteure décortique avec réserve et délicatesse les relations amoureuses, l’avenir du couple, la passion sujette au temps qui passe. Le sujet est traité avec pudeur, certains passages sont très beaux, la plume éloquente.

  Pour autant, je ne peux pas dire que c’est mon genre de prédilection, ni que j’ai vraiment apprécié ma lecture. Je reconnais que le roman a des qualités, mais j’ai personnellement trouvé ça un peu trop redondant sur 350 pages. La narratrice se pose sans cesse les mêmes questions, ça tourne en rond et il faut bien avouer que l’analyse des sentiments pour l’analyse des sentiments ce n’est pas particulièrement intéressant (pour moi, s’entend). Bref, un roman qui ne me marquera pas spécialement.

 

Verdict : Pas ma tasse de thé

Koi

Print
Repost

Commenter cet article